Boyan Manchev

Main content and navigation area

Boyan Manchev

Boyan Manchev is philosopher, Professor at the New Bulgarian University and at Universität der Künste (Berlin), Guest Professor at the Hollins University and Sofia University. He is also former Director of Program and Vice-President of the International College of Philosophy in Paris.
Photo: France Lamorlette

Boyan Manchev (Sofia, 1970) est philosophe et dramaturge. Professeur à la Nouvelle université de Bulgarie et à l’Université des arts de Berlin, ancien directeur de programme et vice-président du Collège international de philosophie (2004-2010). Son travail actuel, qui avance la perspective d’un mobilisme et d’un matérialisme radical, est centré sur l’ontologie, la philosophie de l’art et la philosophie politique.

Il a donné des conférences dans plusieurs universités européennes, américaines et asiatiques, et dans nombre d’institutions culturelles. Il a organisé des colloques et des forums publics dans le domaine de la philosophie, de l’art et de la politique contemporains, a collaboré à des projets de diverses institutions culturelles et universitaires - CIPh, EHESS, CNRS, Palais de Tokyo, CND (Paris), Haus der Kulturen der Welt, Volksbühne, Sophiensaele, NBK (Berlin), IWM, MUMOK, Tanzquartier (Vienne), ZKM (Karlsruhe), Kolleg Friedrich Nietzsche (Weimar), Apexart, PS1 (New York), BAK (Utrecht), le Festival d’Avignon etc.

Il a pris part comme dramaturge, théoricien ou participant à des projets artistiques (entre autres, d’Ani Vaseva, Tim Etchells et Adrian Heathfield, Boris Charmatz, Vierte Welt Kollaborationen, Thomas Hirschhorn). Coauteur (avec le metteur en scène Ani Vaseva) des textes de théâtre « Pièce à en mourir » (2010) et « Frankenstein ou la Nouvelle Pandore » (2011), de même qu’auteur de « Phaéton : Monstres » (2013). Boyan Manchev est aussi l’auteur du texte de théâtre philosophique « Les filles de Pandore », commandé par Vierte Welt Kolaborationen (Berlin) et mis en scène par Dirk Cieslak et Annett Hardegen. Fondateur, avec Ani Vaseva et Leonid Yovchev, de « Météore ». Commissaire de l’exposition « À pas d’heure » et auteur de son catalogue.

Manchev est l’auteur de cept livres et de près de 200 études et articles publiés dans plusieurs langues – bulgare, français, anglais, allemand, italien, espagnol, portugais, japonais, chinois, russe, suédois, serbe, slovène, etc. Il a publié en français les livres L’altération du monde. Pour une esthetique radicale (Lignes, 2009) et La Métamorphose et l’Instant – Désorganisation de la vie (La Phocide, 2009), en italien - Miracolo (Lanfranchi, 2011) et en bulgare L’inimaginable. Essais sur la philosophie de l’image (NBU, 2003), Le Corps–Métamorphose (Altera, 2007), La logique du politique (Critique & Humanisme, 2012). Rédacteur de plusieurs éditions, entre lesquelles les numéros de la revue Rue Descartes 64: « La métamorphose » (PUF, 2009) et Rue Descartes 67: « Quel sujet du politique ? » (PUF, 2010, en collaboration avec Rada Ivekovic et Gabriela Basterra). Traducteur en bulgare de Corpus de Jean-Luc Nancy (LIK, 2003).

Membre des comités de rédaction des revues Lignes (Paris), Critique et humanisme (Sofia), Materiali Foucaultiani (Rome/Paris ), Stasis (Saint-Pétersbourg), Transeuropéennes (Paris), Transeuropa (Londres), du Réseau de recherche Terra (Paris) et des éditions de La Phocide (Paris/Strasbourg).

Ses principaux domaines de recherche lors des deux dernières décennies ont été l’ontologie, la philosophie de l’art et la philosophie politique. Il développe systématiquement le projet de la philosophie de la métamorphose fondé sur l’idée d’une ontologie modale dynamique. C’est dans cette perspective que Manchev se focalise sur des catégories ontologiques, modales, éthiques et esthétiques comme la métamorphose et l’altération qu’il fouille méthodiquement ; sur la matière, la forme et la transformation ; la potentialité et l’énergie ; le chaos et la complexité ; le hasard et la nécessité ; la désorganisation et la persistance ; l’organique et l’inorganique (l’artificiel, le monstrueux) ; la technique, la nature, les choses et l’amorphe ; la possibilité, le désir et la nécessité ; la réalité, l’effectivité et la vérité articulées en conformité avec la tentative de proposer de nouvelles possibilités de penser les formes de monde et de vie, le sujet et le corps-sujet, le statut de l’idée et/ou du concept philosophique, les catégories poïésis, image et narration, ainsi que les problèmes politiques du sujet, de la communauté, de la lutte, du changement, de la décision, de la justice. Les méthodes définies comme analyse modale, surcritique, alterconceptualité et figurologie ou fantastique philosophique sont d’une importance majeure dans le travail de Manchev.

Télécharger la bibliographie